ENTENTE SPORTIVE DE SAINS/ST FUSCIEN : site officiel du club de foot de SAINS EN AMIENOIS - footeo

UN DIEF FACE A L'AS MONACO EN CDF

13 décembre 2017 - 14:21

Un DIEF peut en cacher un autre. En effet, notre "Philou", Philippe DIEF coach adjoint de notre équipe Seniors A', n'est autre que le frère de Stéphane DIEF, coach de l'équipe N2 de Moulins-Yzeure tombeur de Clermont Foot au dernier tour de Coupe de France.

A ce niveau de compétition, lorsque vous êtes positionné comme petit club, vous espérer un tirage au sort avec un adversaire de grande réputation afin de récompenser tout un groupe et se nourrir de souvenirs pour la vie.

C'est chose faite, puisque les auvergnats seront opposés à l'AS Monaco le 7 janvier prochain dans le cadre des 32ème de finale de Coupe de France. Notre Philou est bien entendu ravi de la réussite du frangin et ne manque pas de nous faire partager les coulisses de cette belle aventure. Bravo les DIEF et un petit clin d'oeil à l'autre Auvergnat, Vincent parti loin de la Picardie mais toujours dans nos coeurs.

RESUME DU MATCH

JOIE DU VESTIAIRE

REACTIONS APRES TIRAGE

 

Extrait presse locale après match :

Au courage et à l’envie, Moulins-Yzeure (N2) est allé chercher sa qualification au 8e tour de la Coupe de France, samedi (1-0). Une victoire méritée face à un Clermont Foot (L2), une fois encore, pas très inspiré à Bellevue.

Jamais deux sans trois. L'adage s'est vérifié, samedi soir, pour le plus grand plaisir des supporters du stade de Bellevue. Après 2009 et 2012, les Clermontois ont, une nouvelle fois, quitté Yzeure la tête basse. La faute à des Bourbonnais qui avaient bien préparé leur coup et ont réalisé le match parfait.

« Envie et pugnacité »

Le scénario était écrit dans la tête de l'entraîneur Stéphane Dief. Et visiblement, le message est bien passé auprès des joueurs. « Pendant les dix premières minutes, le coach voulait qu'on leur rentre un peu dedans pour leur montrer qu'on voulait jouer », expliquait, hier soir dans les vestiaires joyeux du MYF, l'attaquant Samy Alouache. Des consignes respectées et Moulins-Yzeure a fait une très bonne entame de match, avant de resserrer les boulons au fil des minutes et de faire redescendre son bloc face aux qualités techniques des joueurs de Ligue 2.

« On a fait la première période qu'on voulait faire en étant très agressif sur le porteur, en défendant en avançant, en les poussant dans leurs derniers retranchements, se réjouissait Dief. À la mi-temps, j'ai demandé à mes joueurs d'aller chercher encore plus les Clermontois. Je crois qu'ils l'ont fait, les gars ont été au fond d'eux, ils se sont accrochés et le but de Jordan Millot en est le parfait symbole (85e). Marquer en taclant, ça représente bien notre deuxième mi-temps pleine d'envie et de pugnacité. On savait qu'il fallait serrer les dents, et attendre une ouverture. C'est ça la Coupe. Mais il faut rester mesuré, les Clermontois auraient pu l'emporter. Ils nous ont quand même bien bousculés en deuxième, mais voilà ça nous a souri. »

Et on retiendra que Moulins-Yzeure a écrit la plus belle page de sa jeune et tumultueuse histoire, ce samedi soir pluvieux, à Bellevue. Dans un parcours semé d'embûches, depuis le lancement de cette aventure du MYF, en début de saison dernière, c'est la première grande joie pour l'équipe fanion de l'agglo. Et le premier moment de communion avec ses supporters.

La première grande joie pour le MYF

Un soutien dont les joueurs de Stéphane Dief auront besoin pour relever un autre défi : celui du maintien en championnat. Et cela passe par une performance, dès ce samedi, sur la pelouse du PSG. L'occasion pour Moulins-Yzeure de sortir de la zone rouge et de poursuivre sa remarquable série d'invincibilité de onze matchs consécutifs sans défaite.

Commentaires

Vincent ROCHES 30 décembre 2017 18:37

Que de talents dans cette belle région auvergnate ! On va dire que les auvergnats ont beaucoup de talent et les Picards ont un grand coeur. Merci pour cette pensée et n'oubliez pas : même loin, je vous ai à l'oeil (et au coeur) ! Bisous la famille...

DEVISE DE L'ESSSF

"Celui qui renonce à devenir meilleur cesse déjà d'être bon"